Cancer : les incroyables bienfaits thérapeutiques de l’activité physique #MoiPatient #SpécialCancer

Après le diagnostic, chaque patient a besoin de plus ou moins de temps pour digérer la nouvelle. Et lorsqu’on a un cancer, pratiquer une activité physique n’est évidemment pas la priorité. Pourtant, il est primordial de trouver la motivation pour faire de l’exercice en complément de votre traitement, car cela peut avoir une influence positive sur l’évolution de votre maladie. Un seul mot d’ordre : bougez !

cancer sport

Les effets positifs de l’activité physique

L’activité physique peut participer au traitement du cancer[1], c’est pourquoi elle est souvent recommandée par les médecins. Toutefois, qu’est-ce que cela implique exactement ? Ce conseil devient pour certains une source d’interrogation supplémentaire : mon corps est-il capable de supporter l’effort ? Est-ce que cela risque d’aggraver mon état de santé ? En règle générale, il n’y a pas lieu de s’inquiéter car l’activité physique est bénéfique au traitement : non seulement elle permet de renforcer sa condition physique, mais elle a aussi un effet positif sur le mental en aidant à reprendre confiance en soi et en améliorant sa qualité de vie.

Se fixer des horaires d’entraînement permet de structurer le quotidien et offre une parenthèse pour se vider l’esprit. En outre, les effets bénéfiques sur sa condition physique ne sont pas à négliger, l’organisme étant souvent affaibli à cause de la maladie ou du traitement. Au quotidien, monter les escaliers, porter de lourdes charges ou parcourir de longues distances à pied exige beaucoup d’énergie. Pour ne pas vous épuiser, pratiquer une activité physique s’avère un bon moyen de retrouver de l’endurance et de la force musculaire. Ainsi, vaquer à vos occupations vous demandera beaucoup moins d’efforts.

cancer sport 2

La première étape : un cap particulièrement difficile à franchir

Qu’on soit plutôt sportif ou plutôt sédentaire, nous cédons souvent aux appels de notre faiblesse intérieure. À cela s’ajoutent, chez les patients atteints d’un cancer, la fatigue et d’autres facteurs qui viennent entamer encore plus la motivation. Voici quelques conseils et astuces qui vous permettront de surmonter cet obstacle

  1. Faites équipe ! Il est plus amusant de pratiquer une activité physique à plusieurs et l’effort ne vous paraîtra peut-être pas aussi fatigant !
  2. Fixez des objectifs clairs et atteignables ! Dressez une liste d’objectifs que vous afficherez bien en vue sur le réfrigérateur, par exemple. Cela vous aidera à garder le cap jour après jour.
  3. Libérez un moment dans votre emploi du temps ! Prévoyez les créneaux que vous souhaitez consacrer à la pratique d’une activité physique. Ainsi, vous aurez « pris » un rendez-vous qu’il vous semblera plus difficile d’annuler. Avoir des horaires d’entraînement fixes permet aussi de structurer votre quotidien.
  4. Positivez ! L’activité physique est un moyen d’oublier la maladie, de renouer des liens sociaux et de reprendre goût à la vie. Outre ses effets sur le corps, elle renforce aussi la confiance en soi qui, à son tour, peut améliorer considérablement la qualité de vie. En outre, une pratique régulière est bénéfique pour le système immunitaire, souvent affaibli par le traitement du cancer.
  5. Commencez « petit » ! Le mot « sport » évoque souvent des séances épuisantes d’entraînement intensif : une image qui effraie beaucoup de patients. Pourtant, l’activité physique n’est pas toujours synonyme de fatigue extrême et il existe de nombreuses façons de commencer en douceur : La Ligue contre le Cancer recommande par exemple de pratiquer 150 minutes d’activité physique « modérée » par semaine, comme marcher d’un bon pas, laver sa voiture ou les vitres, monter lentement les escaliers, passer l’aspirateur, jardiner, ou encore faire du vélo ou de la natation[2]. Autant de choses qui s’inscrivent facilement dans la vie de tous les jours. Si vous constatez un mieux-être, vous pouvez augmenter progressivement l’intensité.

Les débuts ne sont jamais faciles, mais bon nombre de patients remarquent une amélioration constante de leur état général grâce à la pratique régulière d’une activité physique et apprécient ces moments. Néanmoins, il est important de consulter votre médecin avant de pratiquer un sport. Il vous indiquera les mouvements à éviter et vous donnera des conseils personnalisés pour que vous respectiez les limites de votre corps.

« La réussite n’est pas un seuil que l’on franchit, mais un escalier que l’on gravit. »

– Dottie Walters

cancer sport 3

Quel est le bon moment pour commencer ?

En principe, tout moment est opportun pour les patients. Toutefois, il peut s’avérer nécessaire de s’assurer en cours de traitement que la pratique d’une activité physique est utile et sans danger. Cela dépend principalement de l’état de santé du patient à l’instant T et de la méthode thérapeutique employée. En règle générale, l’activité physique ne peut pas vraiment faire de mal. Elle est déconseillée dans quelques cas seulement : difficulté à respirer au repos, insuffisance coronarienne non équilibrée ou encore fièvre supérieure à 38,5°C[2].

Si vous décidez de pratiquer une activité physique, votre programme d’entraînement doit être personnalisé. Il est recommandé de commencer pendant ou avant la phase aiguë du traitement. Il n’existe toutefois aucune recommandation générale à l’attention des patients atteints d’un cancer : chacun doit suivre son propre chemin.

Avant de commencer, nous recommandons de réaliser un examen diagnostique, qui vous renseignera sur votre condition physique et votre aptitude générale et pourra également servir de base à la formulation de recommandations d’entraînement individualisées.

Quand faut-il faire preuve de prudence ?

Juste après une intervention chirurgicale, il est strictement interdit aux patients atteints d’un cancer de faire de l’exercice à proprement parler. Toutefois, rien ne vous empêche de vaquer à vos occupations quotidiennes dès que vous vous en sentez capable. Selon l’ampleur de l’intervention et les restrictions de mouvement qui s’ensuivent, la rééducation est souvent une étape incontournable qui vise principalement à éviter d’éventuelles complications et à retrouver le plus vite possible une bonne mobilité. Elle contribue également à prévenir les faiblesses musculaires, en particulier chez les patients âgés.

En outre, pendant ou peu après une radiothérapie, il est recommandé aux patients de vérifier auprès de leur médecin si la pratique d’une activité physique est indiquée. Certaines formes d’exercice sont à exclure, comme la natation dans une piscine chlorée, en raison du risque d’infection.

De manière générale, la rééducation par l’exercice doit être personnalisée et introduite idéalement pendant la phase aiguë du traitement. Lorsque la rééducation a lieu pendant le séjour hospitalier, les patients sont souvent pris en charge individuellement afin de leur montrer les types de mouvements utiles.

Contact à l’intention des personnes intéressées
En France, il existe de nombreux groupes proposant des cours conçus pour les patients qui suivent ou ont suivi un traitement contre le cancer. Si cela vous intéresse, renseignez-vous sur les différentes activités et séances disponibles. Contactez votre comité départemental de la Ligue contre le Cancer[3], la fédération CAMI Sport & Cancer ou votre médecin pour en savoir plus. Nous avons compilé une liste de liens utiles pour vous aider à trouver l’offre adaptée :

 

Sources : 

[1]Lemanne D, et al.The role of physical activity in cancer prevention, treatment, recovery, and survivorship. Oncology 2013; 27(6):580-5.

[2]Brochure de la Ligue contre le cancer. AGIR SUR MA SANTÉ PAR L’ACTIVITÉ PHYSIQUE & UNE ALIMENTATION SAINE. https://www.ligue-cancer.net/sites/default/files/brochures/agir-sante-activite-physique-alimentation-saine_2018-03_numerique.pdf

[3]La Ligue près de chez vous- https://www.ligue-cancer.net/article/26257_la-ligue-pres-de-chez-vous

 

 

 

 

 

(Visited 72 times, 1 visits today)

Vidéos similaires